Anaïs Van Sull, sociOLOGUE

DSC08359.jpg

Spécialiste des questions de la jeunesse en situation de pauvreté et délinquance, Anaïs a travaillé cinq ans à l'Université de Louvain (Belgique) et à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris. Sa recherche en doctorat s'est concentrée sur l'étude ethnographique des formes de la vie sociale dans des quartiers précaires de Paris et Bruxelles, sous le prisme de l'économie souterraine. En s’insérant dans les quartiers, et en menant de longues enquêtes avec la population, Anaïs a cherché à comprendre comment l'économie souterraine transforme l’organisation sociale des quartiers et comment des carrières marginales y prennent forme.

Anaïs a assisté à différents projets de recherches académiques sur les questions des jeunes en difficulté, la santé et les ruptures sociales. Elle a participé à de nombreux colloques internationaux et à plusieurs séminaires de recherche scientifique pour la diffusion des résultats de ses propres recherches.

De 2014 à 2017, Anaïs a travaillé dans une ONG d'éducation à l'environnement à Tulum, a Mexique. Avec son poste de directrice du développement, elle a partagé son temps entre le travail dans les communautés Mayas et la recherche de récolte de fonds et subsides.

Avec son expérience de vie au Mexique, son travail dans les communautés Mayas, mais aussi ses connaissances dans le champ scientifique et son expérience de terrain avec les jeunes délinquants,Anaïs a toujours rêvé de développer sa propre association civile. C'est chose faite avec Movida, qu'elle voit comme un projet pour répondre aux inégalités sociales qu'elle a toujours observées lors de ses recherches.

Julie Cassard, antHropOLOGUE

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_1fed.jpg

Après avoir étudié l'anthropologie médicale à l'Université, Julie a d'abord pris part à divers projets de développement communautaires en Angleterre, Népal, Indonésie, Australie, en ayant pour mission de mobiliser les jeunes à devenir leaders de leur propre vie et de leur communauté, avec une attention spécifique aux problèmes de santé reproductive, HIV et sida, toxicomanie, malnutrition...

Julie a ensuite dédiée sa recherche ethnographique sur les relations des communautés indigènes avec leurs territoires (structure sociale,  usages des ressources naturelles, moyens d´existence, etc) et leur résilience au changement, ce qui la menée à étudier différentes communautés au Mexique. Elle   s´est formée d´avantage en Coordinatrice de Programme Humanitaire et très vite, elle a débuté un travail de consultante en anthropologie pour des ONG travaillant dans l'aide humanitaire. Elle a travaillé dans de nombreux contextes d´urgence: dans les camps de réfugiés et camps de personnes déplacées au Myanmar et en Europe, aux Philippines après le passage du typhon, en Sierra Leone lors de la crise Ebola, etc...

Après avoir travaillé longtemps à l'étranger, Julie a senti la nécessité de se concentrer sur sa vie personnelle avec l'envie d'appliquer à un niveau local ce qu'elle avait appris de son expérience. Ses passions pour la nature et les vies communautaires durables, ont mené Julie a pratiquer la permaculture lors de ses temps libres. Elle a toujours souhaité de créer sa propre ONG qui pourrait valoriser les connaissances traditionnelles pour assurer plus d´auto-suffisance. C'est naturellement que ce désir l'a ramenée au Mexique, à Tulum. Après avoir rencontré Anaïs, il était évident que leurs expériences et connaissances étaient complémentaires et collaient parfaitement pour débuter ensemble leur rêve commun tout en repondant aux besoins des communautés .

Photo de couverture par Movida Maya A.C / Autres photos par Movida Maya A.C